Projet Magellan Index du Forum S’enregistrer Connexion

Nécrodémie Sikaha
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Projet Magellan Index du Forum  » Bibliothèque Livingstone  » Socio-anthropologie  » Guide du Routard Galacitque  » Nécrodémie Sikaha
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Smyre
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 11 Juil 2009
Messages: 271
Localisation: Glaya

 Message Posté le: Ven 8 Jan - 23:39 (2010)    Sujet du message: Nécrodémie Sikaha
Répondre en citant

Visite
- par Tänel Horg, critique britonn pour le GRG.


Une navette arrivait dans l'atmosphère de la planète. Celle-ci n'était pas très colorée, vu d'en haut...
L'équipage, composée en tout et pour tout d'un pilote et d'un jury vénusii, se préparait à arriver sur la base qui leur serait attribuer.

Ce critique, qui se nommait Tänel Horg, s'était munit du cocktail explosif et du fusil à pompe que lui avait envoyé le Contrôleur Kruk lorsqu'il avait fait part de son envie de recevoir une délégation du Guide du Routard galactique, nouvelle édition. Un pré requis qui, selon lui, n'était que pure sécurité quant à quelque chose qui trainait sur la planète.

Le pauvre n'avait pas été informé de la nature de ses habitants, et le choc de l'arrivée allait être vide. La navette approchait, et on distinguait déjà quelques constructions. Ils n'avait plus qu'à attendre les directives des contrôleurs... aériens.


La Nécrodémie sikahane ne possédait pas de spatioport à proprement parlé, elle n'en avait jamais eu l'utilité. A vrai dire les deux derniers vaisseaux à avoir atterri sur son sol faisaient maintenant partie intégrante de la flotte nécrodémienne, équipage compris... Il avait donc fallu au Contrôleur d'innover en matière de gestion aéronautique.

La navette spatiale allait bientôt arriver. Une portion de ce qui avait un jour dû être une autoroute, avait été déblayée des débris qui l'encombraient afin de servir de piste d'atterrissage. De chaque coté avaient été placés des Nécrodémiens, un bidon d'essence et une boite d'allumettes dans les mains. A l'approche de l'envoyé du GRG, ceux-ci s'immolèrent simultanément, balisant ainsi la piste pour permettre à la navette de savoir où se poser sans encombre.

Bien évidemment à la descente, attendait la chorale sikahane pour chanter l'hymne nécrodémien:

"Aeugh-eugh euh-a amm-m eurgh-rgh
Euuuuh-rgh-h-h-h-hmeurgh-h-h-ah-a-a.
Meu-heurgh-a amh-h.

Mreu-eu a-a-a-h garg euh. Eurgh.
Ah-amrg. Beuharg-arg meuheurg arg,
Meurgh. Aeugh-eugh euh-a amm-m.

Meurgh. Beuharg-arg meuheurg arg. Meurgh.
Aeugh-eugh euh-a amm-m eurgh-rgh,
Euuuuh-rgh-h-h-h-hmeurgh-h-h-ah-a-a.

Meu-heurgh-a amh-h. Beuhgeuheurgh."
                  

Le Contrôleur Kruk attendait que le critique Tänel Horg sorte de la navette pour l'accueillir. Il avait prévu de commencer par une petite visite du réseau hôtelier et commerçant de la ville avant de faire une pause dans un restaurant de gastronomie sikahane, pour finir par une après-midi de rêve au parc d'attraction Surviveland.

Tout avait été prévu pour que le critique passe une excellente journée. Toute la Nécrodémie était en ébullition et d'ailleurs, de nombreux Nécrodémiens se pressaient vers la zone de l'atterrissage...

Le pilote avait vu les signaux et s'était facilement posés. Il avait juste trouvé curieux l'utilisation de barils d'essence; cela faisait un peu démodé. Enfin bref. La passerelle s'était dépliée, et le critique était descendu sur la "piste".

Personne devant lui, et cela était bien curieux. Cependant, le pilote fit remarqué que le cortège d'accueil et l'hymne qu'ils entendaient se situait de l'autre côté de la porte de leur arrivée. Pas de chance!

Tänel s'avança vers les quelques personnes qu'ils voyait. Un homme en bleu au col rouge semblait l'attendre. Ce serait surement celui qui lui ferai la visite, ou les mènerait au Contrôleur de Sikaha. Il se présenta:

Tänel - Bien le bonjour. Je me nomme Tänel Horg, critique touristique de Venus. J'ai été choisi par le Projet Magellan pour aider le Guide du Routard galactique à reprendre du poil de la bête, et je ne doute pas que cette première planète qui accueil notre visite sera à la hauteur! Mais vous savez tout cela, n'est-ce pas?

Voilà qui était fait; c'était la seul parole obligatoire qu'il aurait à prononcer de son séjour. Le reste résulterait de son point de vue, de l'environnement et... de la qualité du service!


Un cercle de Nécrodémiens s'était formé autour du critique Horg.

_ Vous pouvez vous servir de votre fusil s'ils deviennent un peu trop collants, le prévint le Contrôleur Kruk. Maintenant, si Vous voulez bien Nous suivre, Nous allons Vous conduire jusqu'au centre-ville. Là Vous pourrez déguster les meilleures spécialités culinaires de Sikaha. Nous Vous avons pris une table dans le meilleur Bed & Brainfast de la Nécrodémie. L'Hypophyse Gourmande, dirigé par le grand chef Beurgh, saura, Nous en sommes certain, Vous ravir les papilles.

Sur ces mots, le Contrôleur se mit en route, le cercle de Nécrodémiens s'écartant sur son passage. Il valait mieux pour le jeune critique de le suivre de près... de très près.
Il leur fallut à peine plus de vingt minutes pour rejoindre le centre de la nécropole, mais ces minutes parurent interminables pour l'envoyé du GRG.

Le Bed & Brainfast était dans un style purement nécrodémien... Un style fin du monde, début d'apocalypse... A l'entrée les attendait le grand chef Beurgh avec sa toque et son tablier maculé de sang et son grand couteau de boucher à la ceinture.

_ Beurgh, fit le grand chef.
_ Nous vous en prions, entrez, invita le Contrôleur Kruk.

Celui-ci et le critique s'installèrent à la table qu'on leur avait préparé? Tout était parfait. Des chaises cassées gisaient ça et là, des verres brisés superbement disposés sur les tables ainsi que de magnifiques vases de fleurs fanées. C'est à ce moment que le chef leur annonça le menu.

_ Beurgh... déclara-t-il fièrement.
_ En apéritif Nous aurons des canapés d'hypophyses avec un petit globule blanc liquoreux millésime. Un 78. Une très bonne année. Ensuite, en entrée Nous aurons un carpaccio de cortex avec sa sauce de matière grise. En plat de résistance Nous savourerons un délicieux rôti de lobe frontal façon rossini accompagné d'un château M'oglobine année 59. Enfin pour finir, en dessert nous aurons une gelée de cervelas et son coulis de plasma.

A peine avait-il fini de dire cela que le chef apportait le premier plat.

_ Mais, Nous Vous en prions, commencez. Nous sentons que vous frémissez d'impatience. Allons, n'attendons plus car beaucoup de choses nous attendent encore cet après-midi.

Horg devint blême. Tout était à l'image de la planète: les objets utiles était cassés, la vie était bien entendu absente - mis à part dans la personne du critique - et on lui servait du cerveau. Que du cerveau, semblait-il. Il en avait déjà mangé chez sa vielle tante de la ferme; du cerveau de quel anima déjà? ... Peu importe; il n'en avait pas forcément gardé un ravissant souvenir, mais cela ne l'avait pas dégoûté. Mais sa tante cuisinait bien et savait mettre les choses en valeur; là, c'était tout autre choses...

Horg - Je vous préviens, j'ai parfois du mal à manger tout ce qui est caoutchouteux. Don ne vous étonnez pas si...

Le Contrôleur lui avait assuré qu'il n'y avait rien de plus tendre comme parti.
Et Horg mangea.

[...]

Ma foi, il avait connu meilleur repas, à n'en pas douter. Le premier contact avait été rude: la plupart des aliments présentaient comme des repli; c'était ça, une viande repliée. Mais le gout n'était pas déplaisant. Il avait donc mangé, sans dire mot comme à son habitude.
Bien sûr, il s'attendait, à la fin de la journée, à avoir des maux de ventre prononcés; mais il devait au moins faire bonne figure!

[...]

C'était l'heure du dessert. Qu'avait-il dit déjà? Gelée de plasma avec coulis de cervelas? Intéressant: encore un de ces titres rebutant; mais après un repas à en "perdre la tête", plus grand chose ne lui faisait peur. Il attendit donc le dessert, parlant un peu avec le Contrôleur, qui semblait d'ailleurs être un habitué du coin. Quand il en parlant, il avait... un brin de salive dans la bouche; comme une étincelle dans les yeux, mais en plus... en plus "Sikaha".

Ah, voilà la gelée qui arrive!

[...]

Il était repu. Jamais sans doute ne remangerait-il de cerveaux de sa vie, mais il n'avait pour l'instant aucun haut le coeur. Les seules crampes d'estomac qu'il avait eu étaient celles d'avant le repas, curieusement...

Après une liqueur d'il ne sait quoi, il se leva - lourd - et commença à regarder le Contrôleur. Celui-ci lui demanda s'il était satisfait de son repas. Horg répondit: "Original et déroutant sont les mots. Mais si vous prévoyez d'accueillir en masse plus tard, rajoutés les toilette à proximités; ou un cuvette. Sait-on jamais!

Le Contrôleur, visiblement munit de ce qu'on appellerait le sourire local, se dirigea vers la sortie. Les bruit de respiration morbide que le critique entendit près de son oreille le fit suivre sans hésitation ce dernier. Puis, alors qu'il franchissait le pas de la porte, il se demanda:

"Au fait, c'était du cerveau de quoi?"


Il eut deux hauts le coeur: un avant le repas, un autre après.


Le Contrôleur Kruk continuait de guider le critique à travers les rues fréquentées de la nécropole sikahane. Il le menait vers le centre touristique de la ville, où tout y avait été fait pour le loisir des vacanciers. Boutiques de luxe, musée d'art contemporain sikahan, casinos et même un opéra. Mais le Contrôleur tenait par dessus tout à lui faire visiter le Synapse Grand Hôtel. Le groom leur ouvrit la porte en lançant un regard affam... respectueux.

_ Venez, Nous allons vous montrer le plus beau palace de Sikaha, un 5 crânes d'or. Le Synapse Grand Hôtel bénéficie tout les services des meilleurs hôtels galactiques. Il y a une piscine au sous-sol ainsi qu'une sale de sport, un restaurant gastronomique et une salle de cinéma holographique, expliquait le Contrôleur en se dirigeant vers la réception.

Le réceptionniste, un Nécrodémien plutôt accueillant si on exceptait la bave qui lui coulait sur le côté, les gratifia d'un aimable:

_ Geuhrgh.
_ Merci, répondit le Contrôleur, Nous allons montrer au critique la suite contrôlienne.
_ Geuhrgh.
_ Très bien, très bien. Merci.

Après avoir récupérer le passe magnétique, le Contrôleur se dirigea vers l'ascenseur qui menait dans les étages de l'hôtel. L'ambiance était... chaleureuse. Le critique Horg pouvait sentir le souffle du groom dans son cou tendis que les étages défilaient au son d'une petite musique d'ambiance qui faisait vaguement penser au miaulement d'un chat à qui l'on marche sur la queue.

*TING*

La porte s'ouvrit. Ils étaient arrivés dans la suite contrôlienne, la plus grande et la plus belle chambre de l'hôtel.

_ Comme Vous pouvez le voir, cette chambre est un véritable joyau de l'hôtellerie galactique. Il y a un jacuzzi, un écran holographique de 274cm, un mini-bar entièrement gratuit et bien sûr une terrasse avec vu sur les toits de la nécropole.

Le joyau de l'hôtellerie galactique était très certainement un joyau sikahan. Vitres brisées, fleurs fanées, meubles délabrés... et films nécrodémiens sur toutes les chaines...

_ Nous avons mis cette chambre à votre disposition pour tout la durée de votre visite, quelque soit le temps qu'elle durera... Bien, si Vous le souhaitez, Nous aimerions bien vous faire visiter maintenant notre parc d'attraction, le Surviveland.

Horg commençait à comprendre la clientèle des infrastructures et mode en vigueur sur la planète. Une mode qui n'était certes pas cantonnée au traditionnels mode en vigueur dans la Galaxie, mais qui aurait peut être le don, sur les milliers de milliers d'individus de la Galaxie, d'attirer les plus téméraires, voir même de satisfaire certains peuple.
Il verrait comment il tournera ça à la fin de la visite... En attendant, on lui parlait d'un parc d'attractions.
S'il est à l'image de tout ce qu'il a vu jusqu'à maintenant, il devait avoir un caractère très céphalique, avec des touches de non-vies, mais de passage physique tout de même.

La seule chose qui l'intriguait était le nom: Surviveland...

[...]

Ça n'annonçait rien de bonne augure, au final. Il l'avait bien compris, et avait ruminé, sous-pesé, évalué les différentes probabilités qu'un tel parc soit fait dans l'esprit de ses habitants, ou s'il y avait des attractions à touristes. Pour une fois, pensait-il, il n'insisterait pas pour voir les attractions des "locaux"; le piège à touriste suffirait. Lui, contrairement aux gens qui l'escortait et lui bavait sur les talons, il était bel et bien vivant et - comptant le rester - n'aurait pas l'intention de se laisser faire sans utiliser le cadeau que lui avait envoyé le Contrôleur avant de venir.

Tient... il lui semblait entendre des cris au loin. Ce devait bel et bien être un parc d'attraction, à en juger par son ouïe!

[...]

Ils arrivaient devant la grille - une grille? - et le Contrôleur, qui par habitude semblait visiblement parler peu, ne disait mot. Une manoeuvre pour mettre en confiance l'hôte j'imagine... En même temps, ils n'ont pas du en avoir des tonnes! Bref.

Les guichets étaient spéciaux, avait-il remarqué: il y avait bel et bien un endroit pour les tickets. Mais cet endroit redirigeait les clients, à en juger par la grosse flèche rouge qui indiquait la - seule - direction à suivre vers une autre guichet: dépôt et retrait.

Plus tard, il allait comprendre que c'était pour les armes et autres choses dangereuses: il fallait les laisser au guichet afin que ce dernier vous en donne de nouvelles, plus sophistiqués et surtout garantis par le parc. Le critique, qui avait cessé de croire au mise en scène faussement terrifiante, commençait à prendre conscience de ce genre de "parc", et se dit tout à coup que le nom non plus ne serait pas une farce.

Il tenta une brève approche.

Tänel Horg -
Vous savez, je ne doute pas que ce parc soit intéressant, mais il serait regrettable qu'il m'arrive quelque chose; je représente le GRG après tout, et je suis un citoyen de la fédération britonne. Donc j'ose espérer que...

Kruk le coupa, lui garantissant la sécurité; il le suivrait lui-même de près.

Rassurant...


Le petit bonhomme coiffé de son habituelle casquette bleue passa le tourniquet suivi de près par le critique. Celui serrait contre lui son fusil à pompe. Des cartouches supplémentaires lui avait été remises en même temps que son billet d'entrée. Le parc ressemblait en tout point à un parc d'attraction habituel, si on mettait de côté le "style" nécrodémien. On pouvait trouver des montagnes russes, un palais des glaces, des speeder-tamponeurs et même une maison de l'horreur plus vraie que nature, le tout accompagné de buvettes, snacks et autres boutiques souvenirs.
Les deux visiteurs n'avaient pas fait plus de dix mètres avant qu'un Nécrodémien avec des grandes chaussures rouges rapiécées, un nez rouge assorti aux tâches de sang sur son veston et un maquillage blanc sur le peu de figure qui lui restait, s'avança en courant vers eux. Il avançait vite et en quelques seconde il se retrouva suffisamment près du critique Horg pour lui sauter dessus. Il prenait déjà son élan, ses pieds avaient quitté le sol et il ne restait plus longtemps avant qu'il ne fonde sur le pauvre homme. Celui-ci semblait paralysé, incapable de bouger. Était-ce la peur ou la surprise ? Il était trop tard maintenant.

Le Nécrodémien s'écroula inerte sur le sol à quelques centimètre seulement des pieds du critique. Au même moment, les deux nécrodémiens qui le suivaient tombèrent au sol à leur tour. C'est à ce moment que le Contrôleur Kruk décida d'intervenir en toussotant légèrement.

_ Hum. Vous comptez Vous en servir ? dit-il en désignant le fusil à pompe. Nous pouvons passer la journée à les... étendre à votre place, mais il Nous semble que ce serait plus... amusant si c'était Vous qui le faisiez. Oh, ne Vous inquiétez pas ils ne ressentent pas la douleur. Un des avantages de la non-vie, dirions Nous. De plus, leurs essences sont automatiquement redirigées vers de nouveaux corps. Quant aux anciennes enveloppes corporelles, Nous réparons celles qui sont en état et Nous le remettons alors en service. Recyclage, tri sélectif et respect de l'environnement... Notre parc est 100% écologique, cela Nous semblait essentiel. Mais Nous discutons, Nous discutons, Vous êtes là pour Vous amuser ! Par quoi voulez Vous commencer ? Le train de la mine pancréatique ? Les montagnes vertébrales ? La maison de l'horreur biliaire ? Allons, allons, amusez Vous ! C'est un ordre...

Le pauvre homme ne s'était jamais résolu à tenir une arme dans sa main; et en une journée, voilà qu'on lui en fournissait une, et on lui ordonnait de s'en servir sur qui il voyait courir vers lui comme un détraqué; il pensait tué, mais le Contrôleur lui avait expliqué que non. La peur transitait en lui, et ses jambes avançaient pas automatismes.

Ainsi, ils continuèrent un peu.


Tänel Horg - Allons pour votre montagnes vertébrales. Le repas est encore trop près pour les autres choses... bien que je ne pense pas qu'il n'y en ait une où il sera assez éloigné."

Sur ces mots, ils vit un habitant courir vers eux. Il regarda le contrôleur et ceux autour de lui. Il semblait calme, et l'invitait à tirer. Tänel se rechigna donc à la tâche, puisque c'était la coutume; toujours transit par la peur, grelotant de partout, il tenter de pointer son canon vers ce type qui, en face, courait pour le tuer - avec le bras en moins qu'on lui avait visiblement pris au passage. Et lorsqu'il fut assez près, actionna cette toute petite pièce de métal, à la base, avec un doigt. Et le coup parti; oh, bien sur, il le manqua de beaucoup, et ceux autour durent en rire intérieurement: louper une cible à 5 mètres avec un fusil à pompe c'était... inconcevable. Mais pour un premier tire, c'était pensable. Puis on abattu, encore une fois, la cible pour lui.

Et la décharge avait clachée en lui: cela avait réveillé ses membres, le puissant recul et le bruit avait ouvert grand ses yeux, et activé ses oreilles. Il venait de prendre conscience qu'il était dans la jungle humaine. Et ce parc, c'était une jungle humaine, ou les composant sont également les prédateurs.

La prochaine fois, il en était résolu, il ne raterait pas son coup... et il venait de comprendre ce qui ferait qu'il y aura des touristes sur Sikaha; car il en aura. Dans tout les détraqués de la Galaxie, il y en aura, le critique en était convaincu!


[...]

En chemin, ils en avait rencontré deux autres. Ils avait encore raté le premier en tremblant incroyablement, encore une fois. Mais le deuxième s'était abattu de part son coup; il n'en était pas fier, mais éprouva un certain soulagement comme si... c'était le dernier!
En attendant, ils arrivaient devant un bâtiment fermé; ils semblait être constitué de chapiteaux successifs qui ressemblait à des vertèbres. Et ils en avait la plusieurs qui se dressaient; elles étaient sans doute observable de loin, d'où leur nom, pensa-t-il. On lui désigna l'entrée. Lui Contrôleur lui dicta la consigne en entrant: "Faites attention à ne rien trainer, et ne perdez pas votre accessoire: plus que votre billet vous permet de rester dans le parc, ce fusil vous permet de rester en vie"
Au moins, il savait s'en servir maintenant!
Puis ce qui se déroula fut très confus, et passa très vite.

On le fit se tenir debout sur un plateau à rebord, arrivant juste au dessus des hanches. On vérifia son fusil, et on lui en procura un second
"Au cas où". (Ce genre de phrase ne l'effrayaient plus; on bout d'un moment, on arrête d'éprouver de la peur, tout simplement car on y a trop été exposé. Il y aurait une raison chimique là dessous?) Puis ce plateau bougea.

Tänel ne s'attendait pas à voir défiler un diaporama, ou des scènes de la vie quotidienne Sikaha. Pourtant, il vit bel et bien des personnages apparaître tout atour de lui, au fur et à mesure de sa progression. Et visiblement pas content d'être dérangé, il avait deviné ce qu'il faudrait faire: comme dans un de ces jeux vidéos, il fallait tuer les ennemis qui se présentait. Sauf qu'on avait qu'une vie; et plusieurs niveau, chaque vertèbre correspondant à un niveau. Bien entendu, il fallait savoir s'arrêter et ne pas progresser jusqu'à la dernière vertèbres, le niveau le plus dure - ou alors il fallait ne pas beaucoup tenir à sa vie. En avoir plusieurs était également une solution. D'un point de vue Sikaha, s'ils pouvaient se distraire, ce devait être divertissant...

Pour l'heure, deux niveau suffirent, et il sorti. Le président Kruk l'attendait à la sortie. Tänel, en sueur et haletant, avait les yeux rouges, et les habits qu'il avait mis s'étaient... dérangés!


Le Contrôleur tenait un pot d'yeux soufflés et caramélisé, une spécialité sikahane qu'on appelle de la pop-cornée. Il ne les mangeait pas, il n'a pas de bouche. Mais ça faisait plus... naturel. De ce qu'il savait des parcs d'attraction, il était habituel pour les visiteurs de consommer ce genre de cochonnerie. Il avait alors décider d'en prendre un pot. Histoire de. En bon hôte, il en proposa bien évidemment au critique Horg, mais celui-ci ne semblait pas en raffoler.

La nuit commençait à tomber sur la nécropole, indiquant qu'il étant temps de quitter le parc. La journée avait été plutôt bonne à ce qu'il en savait. Le critique et lui avait eu le temps de faire de nombreuses attractions toutes aussi sanglantes les unes que les autres. C'était magnifique. Surtout la parade de clôture. Plus de deux cents Nécrodémiens défilant par vagues depuis le bout du parc vers les grilles d'entrée. Le Contrôleur s'était là aussi inspiré de ce qui se faisait habituellement dans les autres parcs d'attraction. La parade est en règle générale un bon moyen de faire sortir les derniers visiteurs. Le Contrôleur Kruk s'était dit que deux cents employés du Surviveland devrait suffire à rabattre les derniers visiteurs et que ceux qui resteraient... et bien, ne resteraient pas longtemps.

Le Contrôleur raccompagnait rapidement son invité à son vaisseau, comme si celui-ci ne souhaitait pas que le critique soit encore sur Sikaha la nuit tombée. Les rues commençaient à se remplir doucement. De plus en plus d'habitants sortaient et se baladaient dehors. Ils avaient très... intéressés par le critique. Une sorte de curiosité culinaire... Le chemin du retour sembla donc extrêmement plus rapide qu'à l'aller.
Lorsqu'ils arrivèrent au vaisseau, celui-ci était déjà entouré de Nécrodémiens.


_ Heuargh...
_ Oh, comme c'est touchant. Regardez, ils sont venus vous dire au revoir.
_ Heuargh...
_ Ils sont vraiment très peinés de vous voir partir si vite. Ils auraient vraiment apprécié vous garder à dîner... Oh ! Mais Nous avions failli oublié ! Nous avons un cadeau pour Vous. Ce n'est pas grand chose, Nous ne voulions que ça paraisse pour une tentative de corruption. Allons allez y, ouvrez le. Nous espérons qu'il Vous plaira.
_ HEUARGH...

Comme il se faisait la coutume sur sa planète, le critique Horg remercia vivement le Contrôleur pour ce présent, quel qu'il fut. Et, comme il en avait également coutume, il ne l'ouvrit pas devant le Contrôleur. Au final, en remontant rapidement dans le vaisseaux, il se ravisa une fois d'abord. On aurait pu le voir s'arrêter, et on pouvait facilement deviné qu'il réfléchissait, debout sur la rampe, à mi chemin entre la sécurité et... Sikaha.

Puis, au grand désespoir du pilote qui, n'ayant pas bénéficié de toute la visite, commençait à s'affoler dans sa cabine - Tänel, lui, était... "rodé", dirons-nous - le critique s'en retourna vers le contrôleur. cela n'était pas dans ces habitude, mais il fut d'une franchise telle que, sur cette planète, il cru comprendre que cela ne paraitrait pas insolent.


Tänel - Contrôleur, j'ai à vous dire: votre planète m'a surpris; ses habitants également! Ce n'est pas votre cuisine cérébralement cuisinée qui m'aura le plus émoustillé, et j'avoue avoir ressenti, aujourd'hui, le besoin de vivre. Pour quiconque étant en crise personnelle et en remise en cause totale, ce genre de voyage peut guérir ces maux. Mais je pense que votre planète peut également attirer des gens. certes, ils seront très peu nombreux. Mais de nos jours, ce ne sont pas les nostalgiques des périodes faste de l'exploration spatiale, où les pionniers intrépide arpentait la Galaxie au bonheur la chance, qui manque en notre Galaxie. Vous leur offrez une nouvelle chance d'affronter des conditions inconnues, et surtout... dangereuses.

Voyant que ces mots étaient de plus en plus couverts par un son discontinu de "Heuuuargh", le critique décidé d'écourter le dialogue.

Tänel - Pour tout les autres gens, votre planète portera la mention "Déconseillée". Aussi, j'espère que vous insisterez sur la sécurité!

Ses derniers mots se perdaient dans les bruits mêlés des habitants venus dire au revoir et du vaisseau, et il se demandait si le Contrôleur les avait entendus, étant donné qu'il les avait prononcés en courant vers la rampe de son vaisseaux.

[...]

Désormais, il était "seul". Son pilote ne disait mots. Le pauvre avait attendu toute la journée a somnolé et, en moins de 5 minutes, avait été prévenu de l'arrivée du critique, et avait constaté par la même occasion l'arrivée d'une vague humaine de "Meuargh". Il se contentait de piloté, et cela convenait au critique.

Ce dernier était partagé entre deux sentiments, face au cadeau que lui avait remis Kruk. D'une part, il voulait avoir confiance. Après tout, le Contrôleur avait toujours assuré sa sécurité en le préservant des multiples dangers - n'y avait-il pas? - et son cadeau ne pouvait probablement pas porter atteinte à sa sécurité. En même temps, il n'était pas habitué, à sa connaissance, à recevoir des étrangers, et peut être avait-il simplement oublié de prendre en compte un danger qui pour lui n'en serait pas un...

Puis il décidé de l'ouvrir. La chose se présentait sous la forme d'une petite boite, emballé dans un papier cadeau "Sikaha, intrigué en y allant, fier en y partant", et qui était ponctué de portraits locaux... Lorsqu'il le déchira, il pu voir une autre boite, rigide cette fois. En y observant de plus près, il était marqué dessus, en petit dans un coin: "Cérébro, le média de l'info!". Puis il commença à se faire une idée du présent en question.

Et alors il ouvrit la boite!

Il distinguait deux cassettes: une signée "Reportage GRG", l'autre intitulée "La non-vie sur Sikaha". Vraiment, c'était là un cadeau surprenant de la part du Contrôleur. Les deux vidéos pourraient être intégrées dans le GRG comme exemples de la planète. Et surtout, pensa-t-il sur le moment
: "Cela va m'aider à faire mon compte rendu!"


Nécrodémie Sikaha
- par Tänel Horg, critique britonn pour le GRG



Préface

Sur Sikaha, il vous faut bannir de votre G3C quelques mots de votre vocabulaire. Tout ce qui attrait à la vie ou à la mort n'a plus raisons d'être prononcé à la surface de Sikaha. La seule espèce vivante que vous serez sûr de côtoyer sera vous-même; bien qu'il soit possible que, là-bas, vous lui disiez au revoir...

I) Un univers singulier

A) Une architecture "fraichement" établie

Les locaux, ainsi que bon nombre de bâtiments de la planète, ont été construit il y a peu par ses habitants méritants. Logique étant donné qu'ils ne semblent pas connaitre la fatigue...
Quoiqu'il en soit, s'il vous arrive de... d'arpenter les rues (de préférences aux heures diurnes, pleinement éclairées), vous pourrez constater que tout les bâtiments, dont les teintes varies du Gris Clair au Gris Foncé, présentes leurs portes ouvertes.
Sans doute cela reflète-t-il la fierté de ses habitants d'habiter dans des logements décents, qu'ils veulent exposer aux étrangers. Ou peut être est-ce autre chose... Quoiqu'il en soit, nous vous conseillons de ne pas entrer chez ces personnes sans y avoir été invité, mais également en y étant invité: cela fait mauvais genre, et marquerai pour vous une attitude déplacée. (Et il nous faudrait trouver des responsables et verser de lourdes indemnités.)


B) Une cuisine locale diversifiée

Si vous avez la chance d'entrer sain et sauf dans un restaurant (ce qui demeure courant), mais également d'en sortir (ce qui devient moins courant), vous pourrez constater que la cuisine locale est particulièrement diversifiée. Sur un point en tout cas: des menus axés sur la matière grise, comme les "Canapés d'hypophyses", mais également des plats cuisinés comme le "Rôti de lobe frontal façon rossini". Bref, de nombreux produit dérivés de cortex d'élevages de qualité vous garantirons une surprise culinaire et intestinale. Autant dire que ce type de cuisine vous fait cogiter!


C) Une langue aux sonorités connues

Peut être avez-vous déjà lu des pièces de théâtre, où quelques scénario de films. Lors de la mort d'un personnage, afin de figurez qu'il intervient dans la scène ou le film, il est parfois possible que l'auteur ait signé d'un " Aargh ". Et bien la langue nécrodémienne se rapproche un peut de ces sonorités; en y ajoutant bien sûr de nombreux dérivé de langage, des variations de décibels, la ponctuation régulières de " Meuh ", ect...
Ainsi, vous obtenez des sonorités très particulières qui, au début au moins, vous semblerons familières. Vous en ririez même si ce genre de mots n'étaient pas prononcées à quelques centimètres de vous dans un souffle chargés d'odeurs de viande putréfiée.

Ainsi, la langue de Sikaha vous paraitra familière; mais vous ne pourrez cependant pas la comprendre, car il n'existe encore aucun dictionnaire de traduction Nécrodémien / G3C, et ce ne sont pas eux qui vous aiderons. Tout ce qui vous sera utiles là-bas sera écrit en G3C. Le reste, n'y prêtez pas attention (et ne vous attardez donc jamais à chercher ce que vous dis un des habitants.)


II) De divers services proposés

A) Des Hôtels nouvellement construits pour vous accueillir

Bien que personne n'ait jamais dormi dans un de ces hôtels, ces derniers demeurent bien construits et entretenus. En effet, la planète n'est pas encore dans de grosses fréquentations, et les hôtels ne sont que très très rarement complets.
Ainsi, vous pourrez vous réserver de belles chambres d'hôtels...

Remarque: Il n'est tout de même pas conseillé de rester plus d'une journée sur la planète. Arriver le matin et repartir le soir reste encore la meilleure solution pour repartir tout court. Ainsi, si vous possédez un caractère aventurier, peut être voudrez-vous tenter de passer une nuit sur Sikaha!
Mais il vous faut notre que le Guide du Routard se désengage de tout éventuels accidents, et vous laisse pour seul responsable.


B) Un jeu de survie permanent

Ce ne sont pas le fusil à pompe et le cocktail Molotov qui contrediront ce fait: sur Sikaha, vous séparer de ces deux accessoires indispensables revient à appeler la mort. Ainsi, il sera courant que vous entendiez des coups de feux lors de votre atterrissage, peut être même des cris.
Vous pourrez également observer l'attitude communautaire qu'adopte la plupart des visiteurs, à savoir de demeurer en petits groupes afin de garantir une sécurité optimale.
Quant aux habitants, ne vous inquiétez pas, ils ne meurent pas. Comme expliqué dans la préface, il ne sont pas vivants, mais ne sont pas mort. Ils ne meurent donc pas, et ne vivent pas. Il vous faudra donc, pour survivre, vous fixer cela dans la tête. Car les remords n'ont pas de place lorsqu'un de ces hommes essaye de faire de vous son diner!


C) Un cas spécial: Surviveland

Surviveland, c'est le nom du parc d'attraction de Sikaha. Immense complexe, le parc s'étale sur une grande surface et offre tout les services d'un parc traditionnel... mis à la mode nécrodémienne. Ainsi, à votre entrée dans le parc, on vous fournira un nouveau fusil à pompe, bien plus contrôlé que celui que l'on vous avait déjà fournit, ainsi que quelques cartouches en plus. En effet, le principal principe du parc est d'y resté le plus longtemps possible, et par conséquent d'en sortir. Il existe également des attractions, qui présentent des produit dérivés de l'auto défense: le train des 400 coups, par exemple. Vous êtes placé dans un wagon qui évolue dans un bâtiment fermé au cours du temps, et de multiples non-vivant se dirigent vers vous avec pour seul consigne qu'il n'en ont pas.
Ainsi, celui qui réussirai à passer les 10 niveaux – de difficulté croissante – aurait eu à tirer au moins 400 fois. Bien entendu, il vous est fourni un nombre de cartouche approprié, et vous avez l'occasion d'arrêter à la fin de chaque niveau.
Une méthode infaillible pour tester sa bravoure... et sa raison!


Conclusion:

La Nécrodémie Sikaha vous garantira un " choc des cultures " que vous ne serez pas prêt d'oublier. Mais nous mettons en garde les touristes: ce type de tourisme est dit, dans le GRG, " Tourisme extrême ", et il ne convient donc qu'à une catégorie restreinte de personnes, en bonne forme physique. Il n'y a cependant aucun questionnaires de mis en place et officiellement, tout le monde peut y aller. Aucune formation au maniement du fusil à pompe n'est également donnée.
Tant de contraintes qui restreignent le nombre de visiteurs possibles, mais optimisent vos chances de survie. En outre, si vous parvenir à repartir sain et sauf du parc Surviveland, un T-shirt vous sera offert: au devant est inscrit " Surviveland, j'y suis entré "; et au dos " J'y suis sorti! ".


 Revenir en haut »
Publicité






 Message Posté le: Ven 8 Jan - 23:39 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 Revenir en haut »
Montrer les messages depuis:   
Projet Magellan Index du Forum  » Bibliothèque Livingstone  » Socio-anthropologie  » Guide du Routard Galacitque  » Nécrodémie Sikaha
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation


EnterGalaxy Template by [IDK]TargetX
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com